Lima… Dernière escale, la capitale.

10/05/2016
2

Depuis Cusco, il nous aura fallu 22 heures de bus pour atteindre la capitale. Avec près de 9 millions d’habitants, Lima est la 5ème ville la plus peuplée d’Amérique latine.

Sitôt sortis du terminal des bus, on marche une nouvelle fois en quête de notre dernier logement péruvien. Le service des bus est un bor*** sans nom ! Aucun véhicule ne se ressemble, aucune uniformité dans les couleurs et numéros. Pas de réels arrêts, ni de lignes vraiment définis. Il faut faire signe au rabatteur, accroché à la porte ouverte du bus, pour pouvoir y monter. Ça klaxonne, ça double des deux côtés, ça pile… La circulation est très dense et on trouve partout des agents en uniforme et aux gants jaune fluo qui essaient de se faire respecter tant bien que mal pour rétablir un semblant d’ordre et limiter comme ils peuvent les embouteillages. La capitale du Pérou est l’une des métropoles les plus polluées d’Amérique latine, ça concorde !

Après un bon moment à chercher qui est qui, qui va où et pour combien, nous arrivons finalement dans un des 43 districts de la province de Lima, Miraflores, là où se trouveraient quelques auberges de jeunesse.

Nous découvrirons ce quartier un peu plus en profondeur le lendemain. Plutôt charmant et paisible par rapport aux grandes voies de circulation assourdissantes qui la quadrillent… Miraflores est fortement marqué par un patrimoine architectural qui va de l’époque coloniale au XXème siècle et, c’est pour cette raison que le centre-ville a été classé patrimoine mondial de l’UNESCO (1991). Nous sommes bien loin des rues pavées et étroites de Cusco. Ici, la vie est moderne. Plus aucun costume traditionnel à l’horizon. C’est l’endroit où les touristes se mèlent aux businessmen en cravate et businesswomen hauts-talons. Bien sûr, les cireurs de chaussures et vendeurs ambulants de boissons fraîches apportent la touche authentique…

Nous marcherons jusqu’à la côte pacifique, apparemment paradis des surfeurs. Si! Si! On surfe au Pérou ! On appelle ça le “surf citadin”. Évidemment, on est loin du cliché  australien et les couleurs de l’océan se rapprochent plus du gris-marron que du bleu-turquoise. Mais c’est paraît-il, un lieu très prisé des jeunes…

Nous avons visité le musée Larco, situé dans le quartier de Pueblo Libre, près du centre historique de la ville. C’est l’un des principaux musées de Lima. Le musée se trouve abrité dans une grande demeure datant de la royauté du Pérou, elle-même bâtie sur les restes d’une pyramide du VIIème siècle. La végétation qui l’entoure et l’architecture de cette imposante bâtisse blanche est typique des haciendas anciennes, et c’est vraiment splendide !

Dans ce musée, on y découvre de nombreuses pièces d’art précolombien avec plus de 45 000 œuvres (sculpture, textiles, céramiques, bijoux et métaux, et même une momie !).

Autre intérêt, C’est aussi l’un des rares musées au monde à ouvrir les portes de son dépôt au public. Impressionnante toute cette collection qui sommeille derrière les vitrines !

Dès que j’ai vu cette statuette, j’ai pensé au fétiche arumbaya du 6ème album de tintin ! Pas vous ? Mais j’ai bien regardé, aucune de ses oreilles n’était cassée…

Alors, ça, c’est un truc incroyable !

Je vous explique… C’est un “quipus”. C’était un système d’enregistrement de certaines informations de l’administration inca. Sur les cordelettes nouées étaient enregistrées des infos comptables. Le positionnement des noeux, la couleur ou la matière des cordelettes faites en coton ou en poils de lama contenaient l’information sur l’identité de ce qui était comptabilisé (sexe, âge, type de travail, production…). Ce système d’enregistrement était très important pour l’empire car sa survie reposait sur l’exploitation de la main d’œuvre et le nombre de tribus de sa population. Ingénieux !

Notez cet article

Laisser un commentaire

2 comments

  1. Avatar

    En plus, de contempler toujours de superbes photos , on apprend de nouvelles choses…”quipus” y penser ??? C’est pas super d’explorer le monde!!!
    Bisous

    1. christelle

      Merciiii, Nat ! Contente d’allier l’utile à l’agréable alors, “quipus” est, l’exploration de notre zolie planète !?