2) Deux “nez pâles” à l’assaut des Annapurnas (2710m à 4925m alt.)

17/10/2015
6

Mardi 6 octobre, Chame. On se lève à 6h40 après une nuit ponctuée de réveils dûs à des accélérations de respiration. On a des essoufflements en pleine nuit et ça nous réveille. Altitude quand tu nous tiens… Il fait 12 degrés dans la chambre.

Direction Upper pisang, perché à 3300m d’altitude, c’est un village d’une autre époque construit uniquement de pierres taillées plates à l’œil nu et simplement disposées les unes sur les autres. Un chemin qui nous a semblé interminable du fait de nombreux essoufflements dûs, cette fois-ci bel et bien à l’altitude. On marche beaucoup moins vite maintenant… Après le repas, on prend la décision de continuer pour moins marcher le lendemain et on s’attaque à la rude montée jusqu’à Ghyaru. Sur la route, on croise un troupeau de yaks redescendant la vallée. Ce sont vraiment des bêtes massives, rapides et puissantes, semblant venir tout droit de peintures préhistoriques ! 400m de dénivelé avant Ghyaru. L’altitude fait encore jouer ses effets : souffle coupé et parfois vertiges. J’ai l’impression d’être une cosmonaute sur la lune, je marche au ralenti… On mettra 2h30 pour ces 4,5 km restants. Ça s’est bien rafraîchi : tenue d’hiver obligée… Les conversations en cours de marche se font de plus en plus courtes et de plus en plus rares, il y en a un qui est content, ça lui fait un peu de vacances …!??

Ghyaru (3670m): arrivée après le coucher du soleil. Il est temps de trouver où dormir, la nuit tombe et on n’y voit plus très clair. Ce village est vraiment très ancien, on a hâte de le découvrir demain sous le soleil ! “Chambre” sans confort aux murs intérieurs de torchis et planches de bois en guise de lit. Il fait 8 degrés mais grâce au rakshi, alcool de riz local que le cuisto nous a servi pendant le souper, on n’a pas fait de vieux os…
Merc 7 octobre, on quitte Ghyaru(3670m) par un chemin plat à majorité descendant. Vent frais et air très sec. Cette étape nous semble bien longue, sans doute due aux gros efforts d’hier…superbes paysages, vues toujours plus belles sur les sommets enneigés hymalayens et les glaciers toute la journée. On aperçoit soudain un couple d’aigles blancs qui tournoye très proche au-dessus de nos têtes. Joli moment.

A Braga(3360m), on s’arrête pour le repas, on prend un”dhalbat” excellent chez des locaux, dans un village très mignon au milieu d’une plaine d’herbe verte où paissaient des chevaux et des yaks domestiques. Bien paisible, belle luminosité avec la rivière qui traverse à vive allure et les sommets enneigés qui surplombent le tout. Les restos proposent des steaks, yaourts et fromages de yaks.

Nous arrivons peu après à Manang (3540m).  Petite partie de cartes avec un couple de français et le cuisto, bien sympathique. Il fait de plus en plus froid… On s’achète de quoi tenir en barres énergétiques les étapes prochaines, un bonnet pour Paul et des gants pour moi.
Jeudi 8 oct: on quitte Manang plus tard car c’est une courte étape qui nous attend aujourd’hui. Sur la route, superbe vue sur le lac, entouré de tous les sommets enneigés et ensoleillés. Village très paisible. On passe devant des troupeaux de yaks.

Ghungsang (3900m): arrivée vers 13h, montée très lente pour éviter au maximum le MAM ( mal aigu des montagnes). “Village” avec seulement deux maisons, qui sont des hôtels. On achète du fromage de yak, pas mauvais, sec et jaune foncé, au goût d’un vieux Gruyère. Pas de douche et chambre sans électricité. Nous partons chercher du bois pour le feu qui servira à bouillir l’eau de nos soupes. Il fait de plus en plus froid…on dort désormais tout habillé, bonnet et doudoune sont de rigueur !

Vendredi 9 octobre, on quitte Ghungsang vers 7h15. Protection vestimentaire maximale car le climat est vraiment devenu rude et sec. 9 degrés au réveil dans la chambre. nous traversons des ruisseaux gelés. Donc on y est, les températures sont négatives. Le vent est glacial et on peine à respirer par le nez. Un petit groupe de chamois traverse notre chemin, c’est fou d’en voir d’aussi près ! La route n’est pas trop longue, le paysage devient aride et la végétation est plus sèche. Plus aucun arbre à l’horizon. On ne voit désormais que des Buissons aux couleurs vives : tons verts, rouges, jaunes et orangés. Paysage multicolore superbe, toujours sur fond de cols enneigés. Pas toujours plus lents et respiration qui s’emballe parfois. Besoin de plus en plus de pauses!

On arrive à Yak kharka (4068m) pour une pause petit-déj /porridge et thé. Vers 11h30, on entre dans Letdar (4900m). L’altitude supprime évidemment tout confort : douche froide au seau d’eau rempli au tuyau relié à la source (bienvenue malgré tout, puisqu’on en a pas eu droit hier…). Petite lessive car situation plein soleil et très ventée . On termine la journée par un peu de repos, de lecture et l’habituelle partie de cartes avec d’autres trekkers.

Sam 10 octobre : on quitte Letdar vers 7h30. La nuit a été glaciale, 8 degrés au réveil. Après le porridge/black tea, c’est reparti pour une marche de 3h40 à flanc de montagne. Finie la végétation, on ne traverse que des moraines très instables. Des locaux nous conseillent de ne pas traîner à certains endroits, chutes de pierres fréquentes dues au vent, aux bouquetins et aux chamois ! Les effets de l’altitude s’intensifient : sensation de crâne compressé, fatigue, fortes nausées, surdité, vertiges…on marche très doucement, on boit et fait bcp de pauses.

Nous parvenons jusqu’au Thorung camp de base (4450m) vers 10h. Toujours ce soleil, ce ciel sans nuages, mais toujours ce froid… Qu’est-ce qu’on fait ? On dort ici ou on monte encore ? Après une heure de pause à guetter, décrire et analyser nos symptômes , décision est prise: on continue… Ça permettra aussi d’avoir 400m en moins de dénivelé demain, journée sensée être la plus difficile du trek.

Thorung High camp (4800m): dur dur !! Mais on passe le cap !! Les effets de l’altitude ne nous lâchent pas, même après avoir fait une montée sans sac jusqu’à 4900m pour tenter une acclimatation avant la nuit qui nous attend… Mais toujours ces satanées nausées! Certains sont déjà redescendus car leur état s’aggravait. De notre côté, on espère tenir la nuit… (la nuit dernière, une expédition a été organisée en urgence avec des chevaux et des porteurs pour faire redescendre un homme atteint du MAM à 2h du mat! Gloups…). En soirée, Le brouillard tombe. Les températures dégringolent et des flocons commencent à tomber… Nous sommes tous glacés par le froid… On entend par la cloison de notre chambre que nos voisins français n’ont pas l’air bien du tout… Après le repas (la “Garlic soup” et le “ginger tea” recommandés contre le MAM), retour dans la chambre où il ne fait plus que 5 degrés… La nuit promet d’être longue !
Dim 11 octobre, on y est, la grande étape du trek, qui sera aussi magnifique qu’éprouvante…

On laisse derrière nous Thorung high camp (4925m) vers 7h. Températures négatives, plaques de glace. Vent fort et glacial de face. Protection maximale: double pantalon, double paire de gants, 4 couches en haut, bonnet et double capuches. Montée vraiment éprouvante. C a très envie de vomir !! Besoin de beaucoup de pauses pour reprendre son souffle et éviter l’asphyxie… La compression que nous ressentons dans nos têtes depuis hier s’intensifie avec l’altitude. Nous avons encore à grimper près de 500m de dénivelé. On espère tenir le coup. Pas envie d’avoir fait tout ça pour rien…

2) Deux “nez pâles” à l’assaut des Annapurnas (2710m à 4925m alt.)
Notez cet article

Vous aimerez peut être

1) Deux “nez pâles” à l’assaut d... On quitte Bhulbhule vers 7h30. On traverse de nombreux villages, tous aussi typiques et charmants les uns que les autres. On se régale de la verdure (...
3) Deux “nez pâles” à l’assaut d... Le froid fait mal, la piquette est persistante, alors je préfère marcher sans bâton, les mains dans les poches, tant que c'est possible et que je gère...
Muktinath et son temple (3800m alt.) En pleine effervescence au moment de notre visite. Nous avons eu l'occasion d'assister au rituel de purification de centaines de pèlerins. C'est l'...

Laisser un commentaire

6 comments

  1. Avatar
    Stéphanie & Laly

    Impressionnant ! Je suis à bout de souffle rien qu’à vous lire !

  2. Avatar

    Magnifique ! Juste une petite confirmation : le pont de corde, il est bien vérifié régulièrement par le service des ponts et chaussées ?

    1. christelle

      Naturellement ! Every day…

    2. christelle

      Eh tchang, tu t’es cru dans Tintin au tibet ou quoi ?!…?

  3. Avatar

    Bravo , magnifiques photos accompagnées de commentaires. On voyage et on rêve avec vous…!!! Profitez en bien. Gros bisous

    1. christelle

      Coucou, merci Nat !