Whitney, ancienne ‘plantation négrière’…

22/05/2016
0

A une heure de route au nord de la Nouvelle-Orléans, près de Bâton Rouge, se trouve la ‘Whitney Plantation’. Il s’agit d’une ancienne plantation négrière datant du XIXème siècle, qui vaut vraiment le coup d’oeil… La raison, c’est qu’elle se démarque des autres plantations, car contrairement à la majorité d’entre elles, Whitney ne raconte pas du point de vue des maîtres blancs mais de celui des esclaves.
C’est le premier musée américain dédié à l’esclavage.

Nous allons tenter de comprendre ce qu’était la vie dans une plantation à cette époque, les conditions de vie des esclaves et leur relation avec les maîtres. Deux heures à découvrir ses expositions, ses statues d’esclaves (devenues emblêmes du site), ses reconstitutions, sa maison de maître, sa cuisine, sa chapelle, les grandes bouilloires de fer (rappelant le travail des cannes à sucre), sa prison et ses cabanes d’esclaves… Nous voici transportés à l’époque d’ ‘Autant en emporte le vent’, mais bien loin de le légèreté des crinolines.

Une expérience nécessaire pour tenter de saisir cette triste page de l’histoire des États-Unis.

Aujourd’hui, la ‘Whitney Plantation Museum’ est devenue un lieu de mémoire qui honore la mémoire des êtres humains qui ont vécu comme esclaves sur la plantation, dans le reste de la Louisiane, et partout ailleurs dans le Sud des USA. Un espace est d’ailleurs dédié aux 354 esclaves qui ont travaillé à Withney. Leurs noms ont tous été gravé sur les murs d’honneur de la propriété. S’y trouvent aussi d’autres stèles de granit avec les prénoms des 107 000 esclaves qui ont vécu en Louisiane avant 1820. On peut y lire des citations d’anciens esclaves recueillies dans les années 30. Vraiment trés prenant !

img_1417

Plus loin, se trouve un monument rendant hommage à tous les enfants  nés d’esclaves décédés avant leur deuxième année  de vie. Leur nom lorsqu’ils en avaient eu un, leur sexe et l’âge qu’ils avait à leur mort…

img_1400

Un peu partout sur la plantation, on peut croiser sur notre parcours de nombreuses statues d’enfants-esclaves, oeuvres d’un certain Woodrow Nash, artiste afro-américain. Ces représentations perturbent par leur réalisme, c’est leur but.

 

Notre guide nous explique pourquoi le sculpteur n’a volontairement pas ajouté d’yeux à ses sculptures. Les yeux reflètent l’âme d’une personne, alors que

les enfants-esclaves ont perdu la leur…

Notez cet article

Laisser un commentaire