Une île… Et des volcans !

02/04/2016
3

Comment ne pas s’en rendre compte… La roche qui se bat contre les vagues est noire et très abrasive. Gare aux chutes ! A certains endroits, on trouve même de la lave pétrifiée dans sa coulure, il n’y a aucun doute, il s’agit bien d’une île d’origine volcanique !

Il y a également de nombreuses grottes qui servaient de refuges ou d’abris. Des traces de peintures rupestres sont parfois visibles.

On décide de parcourir l’angle sud du triangle afin d’atteindre le cratère du volcan Rano Kau. C’est ici que se trouve la meilleure réserve de flore endémique de Rapa Nui. Sur les flancs de son cratère, des arbres fruitiers ont été cultivés et de la vigne.

Ah oui… Allez… Une petite pensée pour nos compères qui nous ont accompagnés jusqu’ici tout l’après-midi… Ne sont-ils pas mignons ?! Mon favori n’a pas pu résister à la douceur pilaire des gambettes de Paul, et ce durant tout notre pause-repas !

Au bord de la falaise de ce volcan, se trouve le village “cérémoniel” ‘O Rongo et ses maisons de pierres plates à fond bas.

img_0132

 

Pourquoi cérémoniel ? Parce que c’est à cet endroit qu’était célébré le rituel de “l’Homme-Oiseau”…

Le rituel de l’Homme-Oiseau :  “ce culte revêtait la forme d’une compétition annuelle entre des chefs de clan pour obtenir un certain pouvoir politico-religieux. Chaque année, des concurrents représentant chacun un clan se livraient une compétition pour se saisir du premier œuf pondu par une hirondelle de mer ou Manutara sur un petit îlot du nom de Motu Nui. Le chef de clan nommé Homme-oiseau était considéré comme l’incarnation du dieu Make-Make.
C’est en juillet que les concurrents accompagnés d’une grande foule montaient vers Orongo. Ces concurrents étaient au service des chefs de clan de l’Île. Ils étaient pressentis et autorisés à concourir par les prêtres et devaient représenter leur clan à cette compétition. D’Orongo, les concurrents descendaient la falaise abrupte et accidentée pour aller plonger à la mer et traverser à la nage vers le plus gros des îlots, Motu-Nui, dont les abords étaient à l’occasion infestés de requins. Ils arrivaient sur l’îlot avec des provisions pour un long séjour et logeaient dans des grottes pour guetter l’arrivée des oiseaux. Durant cette période, des fêtes accompagnées de chants et de récitations de Rongorongo se déroulait au village. Le premier concurrent qui ramenait à son maître un œuf intact, conférait à celui-ci le titre d’Homme-oiseau. Ce nouvel
Homme-oiseau devait se raser la tête, les sourcils et les cils, et il commençait alors une vie d’abstinence entouré de tabous sacrés, devant vivre en reclus pour une période d’un an. Durant cette période, il n’avait plus de contact avec la population, sauf avec un seul serviteur. Il était nourri de façon spéciale, ne se lavait plus, ne se coupait plus les cheveux, ni les ongles. L’Homme-oiseau, par le titre qu’il venait d’acquérir détenait une autorité sacrée en devenant représentant sur terre du dieu Make-Make. Il jouissait toute sa vie durant d’une grande considération qui lui apportait beaucoup d’avantages…” (Cf site de jeanhervedaude.com)


La dernière fête de l’Homme-Oiseau a eu lieu en 1878, c’est pas si loin !

Et quand on constate la hauteur de la falaise et son très fort caractère abrupt, on tremble pour ces fous…

On retrouve les symboles relatifs à ce rituel (oiseau, œuf…) un peu partout sur l’île, notamment sur les objets artisanaux vendus aux touristes, mais aussi sur des sculptures et gravures localisées dans les rues du village.

Une île… Et des volcans !
Notez cet article

Vous aimerez peut être

Rencontre avec les anges gardiens de l’île&#... Bien avant que le peuple de Rapa Nui se concentre sur le rituel de l'Homme-Oiseau, il était occupé à un tout autre labeur, celui de tailler la pierre....
Hanga Roa, unique ville de l’île  .. Et du même coup considérée comme sa "capitale". Presque toute la population (3 800 hab.) y vit. L'île a la forme d'un triangle, Hanga Roa s’ancre ...
Une semaine sur l’île de Pâques : le bilan The worst of the worst... * les nombreuses carcasses de chevaux sauvages et de vaches disséminées un peu partout sur l'île et se décomposant au g...
Île de Pâques, terre des géants de pierre…... Nous laissons derrière nous les Maoris et les kiwis et prenons la direction d'une autre terre de légendes : les grands Moaïs de la célèbre île perdue ...

Laisser un commentaire

3 comments

  1. Avatar

    Je suis sous le charme! C’est superbe!

  2. Avatar

    Coucou! Quel plaisir de suivre vos aventures, on n’en loupe pas une avec Valentine…merci pour vos passionnants récits et ces photos…qui donnent envie d’aller préparer un petit sac à dos!
    Bisous ma belle!

    1. christelle

      Merci ! De gros bisous à ta puce qui a dû bien poussé depuis tout ce temps…?